Publié dans Vie de maman en construction

Deux petits mois d’attente, mais tellement plus pour toi…

Je comptais écrire sur ce sujet à l’occasion de la 2ème journée de l’infertilité (photo) vendredi dernier mais j’ai malheureusement été prise par le temps…Ce n’est pas un secret, j’en ai déjà parlé, j’avais une peur panique d’être stérile avant de tomber enceinte il y a maintenant 4 mois.

Alors pourquoi ? J’avoue que je ne sais pas trop mais je crois que la cause principale de cette angoisse n’étais pas le manque d’information, mais l’incohérence des informations trouvées. On entend de tout, sur les effets de la pilule, sur le cerveau qui bloquerai le processus à moyen ou long terme, sur les différentes maladies pouvant provoquer une infertilité… Du coup, avec mes 13 ans de pilule au compteur, je me disais que, si ça se trouve, je faisais partie de ces personnes qui vont essayer pendant des mois, des années, et finir par abandonner, parfois sans que la médecine n’ai pu trouver l’origine du problème. (Notons que je n’ai jamais imaginé que mon compagnon puisse l’être, parfois ça m’intrigue aussi, cette idée que les femmes seraient plus sujettes à ce problème).

journee-infertilite

De ce fait, dès l’arrêt de la pilule, je n’ai fais QUE penser à ça. Pitié qu’on bannisse toutes ces formules du style « ça arrivera quand tu n’y penseras plus ». Personnellement, il m’était absolument impossible de ne pas y penser (si certaines y sont arrivées, faudra m’expliquer…certes je n’ai pas eu longtemps à y penser, mais justement j’imagine ce que ça aurait été dans ce cas. Ce n’est quand même pas une décision que j’ai prise comme je décide d’acheter un meuble). Alors que j’avais tout fait pour ne pas tomber enceinte pendant 13 ans, là je faisais le processus inverse donc FORCEMENT, on y pense. Le matin au lever, le midi, aux toilettes, en se couchant… Et évidemment, on n’a de cesse de se dire que toutes ces pensées vont bloquer la machine.

Finalement…deux petits mois avant le + tant espéré, tant attendu. Et presque de la culpabilité à ce moment. Ce truc de me dire « j’ai cette chance » mais savoir que ma cousine, qui a subi un cancer à 25 ans, ne l’aura peut-être jamais. Que beaucoup de femmes connaissent l’attente que j’ai connu, mais multipliée par 1, 2, 3 ou 20. Que certaines ne pourrons jamais connaître cette expérience. Alors que 5 minutes avant, j’envisageais de potentiellement en faire partie, j’allais maintenant devoir répondre « oh c’est venu vite » à la question fatale « combien de temps après l’arrêt ? » (chose que je ne fais pas car je trouve assez déplacé de dire aux gens combien de temps ça a pris…j’imagine si, au bout de plusieurs mois d’essai, une nana avait déboulé en hurlant qu’elle avait arrêté la pilule voilà deux semaines…).

Attention, je suis très heureuse d’avoir eu cette chance de ne pas connaître l’attente, mais je mesure l’angoisse, voire l’horreur de celles qui apprennent une nouvelle dite « irréversible ». J’espère que les chercheurs trouveront des solutions, de plus en plus dans le futur, pour qu’aucune femme désirant devenir mère ne puisse endurer ça, que les protocoles d’aides soient moins longs, moins contraignants. Je prie pour que ma cousine puisse connaître ce bonheur, elle qui l’attendait tant avant ce foutu cancer. Et j’implore les gens d’éviter leurs phrases toutes faites, leurs soit-disant mots de réconfort ou de compréhension qui, bien souvent, même s’ils sont pleins de bonnes intentions, ne font qu’ajouter à la peine et à l’impuissance. Et pour finir qu’on arrête avec les tabous. Toujours pour en revenir à ma cousine (on parle de ce qu’on connait…), nous parlons librement de tout cela ensemble, sans pathos ni langue de bois, et ça lui fait du bien de ne pas se sentir « à part ». Non, elle est dans le processus, celui de l’espoir de donner la vie un jour, avec malheureusement quelques difficultés en plus…

Enfin, il faut parler de toutes les possibilités, ne pas annoncer ça comme une fatalité. Je ne suis pas habilité à décrire ici tous les traitements et solutions, mais les événements type Journée de l’Infertilité devraient être plus fréquents et surtout le sujet devrait être abordé avec plus de bienveillance par les médecins et gynécologues (mention à une amie qui a eu la grande chance de tomber sur un médecin très sympathique qui lui conseillait, lors de l’annonce de sa probable stérilité, d’adopter un chien…). 

Ps : une bande dessinée très marrante sur le sujet qui a permis cette même amie citée plus haut de se reconnaître et de (tenter) de dédramatiser.

51-94hukgFL._SX359_BO1,204,203,200_

7 commentaires sur « Deux petits mois d’attente, mais tellement plus pour toi… »

  1. tu as raison, moi je suis tombée enceinte les deux fois très rapidement (la seconde fois très très rapidement même, au bout de deux jours d’essai….) et à chaque fois que j’entendais autour de moi une amie ou quelqu’un que je connaissais me raconter ses galères pour tomber enceinte je culpabilisais un peu….
    bisous

    J'aime

  2. J’ai eu la même pensée au début de ma grossesse. A chaque fois que je discutais avec une amie qui avait mis du temps à tomber enceinte, quand elle me demandait combien de temps j’avais mis, je me sentais un peu coupable. J’attendais tellement ce bébé, j’imagine pas ce que c’est d’attendre des mois et des mois. Moi j’ai été adoptée, donc c’était un peu difficile d’en parler même avec ma mère, pour qui ça à été une épreuve.
    Bel article en tout cas!

    Aimé par 1 personne

    1. ça m’a fait pareil quand je l’ai annoncé à ma cousine…le pire étant les gens qui plus tard m’ont demandé « alors elle a réagi comment ? » euh…ben bien hein, elle est polie et quand même contente pour moi, ça n’empêche pas

      J'aime

  3. Je ne compte plus le nombre de billets traitant de l’infertilité par des personnes non concernées excessivement maladroit et qui, au final, produisent l’effet inverse de ce que leur auteur a voulu transmettre comme message. Je ne peux plus entendre les messages types du genre « j’admire votre courage, je ne sais pas ce que j’aurais fait à votre place », je ne me sens pas admirable, ça m’ait tombé dessus et je m’en serais bien passé. Bref, tout ça pour te féliciter de la justesse de ton billet, tu ne nous plains pas, tu fais seulement preuve d’empathie (sans doute grâce (ou plutôt à cause) de l’histoire de ta cousine) et ça fait du bien.

    J’avais déjà été enceinte une première fois, pour moi, le bébé ne pouvait qu’arriver, j’étais confiante. Et puis les mois ont défilés, et il a fallu que j’ai un petit soucis gyneco pour que l’on fasse les tests… Mon mari souffre d’une infertilité très sévère, si sévère que pendant plusieurs mois, on a même cru à une stérilité.

    Et puis 35 mois après le début des essais bébé, à la suite de notre première FIV ICSI, ma fille est venue se nicher au creux de mon ventre. J’ai beau avoir attendu 35 mois, j’ai aussi ressenti une pointe de culpabilité, parce que cela avait fonctionné du premier coup pour nous alors que pour d’autres, le parcours du combattant ne s’arrêtait pas là… Aujourd’hui, elle a 3 ans, me mène en bourrique parfois, mais nous rend si heureux. On aimerait lui donner un petit frère ou une petite sœur, mais on sait que ça pourra être long.

    Félicitations pour ta grossesse, et plein de courage pour ta cousine, avec je l’espère, un bel happy end.

    Aimé par 1 personne

    1. Un grand merci pour ton commentaire, je t’avoue que j’avais un peu peur de blesser malgré tout, de faire remonter à la surface les douleurs. Mais malgré tout je pense que, sans en faire trop, il faut en parler pour ne pas rester dans l’ignorance et faire comme si cela n’existais pas, juste parce que pour nous ça a marché. en tout cas félicitations pour ta fille et je croise les doigts pour qu’un jour un petit frère ou une petite soeur la rejoigne 😉 bises !

      J'aime

  4. Je fais partie de ces filles qui attendent depuis longtemps et j’ai vraiment apprécier de lire ton billet. Alors juste merci, c’est agréable de lire un billet sur un sujet si sensible écrit par une personne qui ne l’a pas vaincu mais qui sait trouver les mots justes.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s