Publié dans Vie de maman en construction

Il y a 20 ans, je supportais l’Italie (et j’ai retourné ma veste)

Un sujet un peu plus léger avec cette Coupe du Monde qui a démarré hier. En effet, il y a 20 ans (si vous savez compter j’avais donc 10 ans), j’étais dans ma période « italienne », qui d’ailleurs a duré bien après ce mondial 98. Je voulais manger italien, parler italien, supporter italien, aller en Italie et me marier avec un italien. Au final, j’ai mangé italien, j’ai appris à parler (un peu) italien, j’ai supporté l’Italie, je suis allée à Vintimille et je suis en couple avec un breton :p. 

Le-12-juillet-1998-les-Bleus-soulevaient-la-Coupe-du-monde-au-Stade-de-France

Moi et mes passions fugaces

Fugaces ou pas, mes passions ont toujours été très…passionnées. J’étais jusqu’au-boutiste. Que ce soit pour l’Italie, pour la Russie ou pour la Turquie (même si là ça s’explique davantage dans mon cas), j’ai toujours été à fond, apprenant un peu la langue, des recettes et me documentant sur l’histoire du pays.

98 aux couleurs de l’Italie

Ah la la toutes ces photos où je suis aux couleurs du drapeau italien. Du maquillage à la tenue en passant par les chaussures et le vernis, tout y passe, je suis à fond et je connais les joueurs par cœur et scande à tout va le nom de Francesco Totti. Les matchs passent, j’apprend même l’hymne national (ouai la nana barrée je vous dis. à l’époque dans ma chambre j’avais des poster de l’équipe de foot italienne et de Dicaprio. Voilà le mélange).

Je ne fais qu’un seul geste…

Je retourne ma veste. Ben oui aux quarts de final, la France bat l’Italie aux tirs au but. Je me vois donc dans l’obligation de soutenir mon pays, quel désastre à l’époque pour moi, en pleine rébellion pour tout ce qui constituait mon quotidien.

Mais finalement quel plaisir que de vivre cette finale endiablée. Je me souviendrai toujours de ce suspens, de mon grand père (décidément mon papy…) sortant le cor de chasse dans le jardin en Normandie, mêlant ce son aux nombreux cris de villageois. Puis voir cette liesse à la télévision, cet amour de notre pays que nous retrouvons finalement trop peu souvent. Une unité qui s’efface bien trop vite.

Etre ensemble

Alors certes, ce sont des « millionnaires qui courent après un ballon… » (comme dirait quelqu’un qui doit mal dormir la nuit en ce moment :p), certes ils sont trop payés et pour certains imbuvables (en tant que saint-germanoise qui faisait ses courses au même endroit que certains, disons que j’ai eu des anecdotes sympa). Mais clairement, il y a encore peu de compétitions capables de fédérer autant notre population autour de son pays, de vibrer, de s’émouvoir, de râler même (même si pour le coup on est habitués) tous ensemble. Et si ce n’est pas le cas pour certains car, vraiment, ils ne supportent pas le foot, ben tant pis, je m’amuserai à votre place.

Le premier mondial de fiston

Alors moi je dis tant mieux, même si je bosserai demain pendant le match contre l’Australie je compte bien sur mon fiston qui chante « allez les bleus » depuis deux semaines avec son maillot, et sur son Papa, pour me tenir au courant.

Surtout que cette année, j’ai pas la possibilité de soutenir l’Italie ! Alors avec cet espoir de revivre un jour ce merveilleux jour de 1998 :

ALLEZ LES BLEUS  !!!

Maman en Chantier

 

Publicités

5 commentaires sur « Il y a 20 ans, je supportais l’Italie (et j’ai retourné ma veste) »

  1. Pas de foot pour moi, je ne comprends pas pourquoi tant d’engouement pour des mecs qui courent après un ballon!!!

    Le frère d’une copine est vice-champion olympique d’une discipline qui demande du travail, un effort intense, une discipline de vie et qui finalement malgré tout le travail, ne lui rapporte rien! Il doit travailler à côté, s’entrainer, participer aux championnats sur ses temps de vacances…..

    Je trouve injuste que certains sports soient plus mis en avant que d’autres, que les salaires des femmes qui font du foot ne soient pas égalent à ceux des hommes, que certains sportifs se galèrent pour participer à championnats,……

    Mon fils fait du foot, à mon plus grand désespoir, mais hors de question que le foot passe avant l’école, les devoirs, ….. Je travaille avec des gars qui ont fait des écoles renommées de foot (Lyon, Paris, Auxerre,….) mais qui ont eu leur rêve brisé par manque de talent, de travail, de blessures et qui n’arrivent pas à passer à autre chose.
    En tout cas, je vais avoir un mois de soirées tranquilles ou avec les copines……. j’ai finalement trouvé un avantage au foot!!!!!

    J'aime

    1. hihi j’avoue au final tu y retrouve ton compte ! je suis bien d’accord avec tout ce que tu as dis, mais malheureusement on voit bien que tout cela a bien du mal à évoluer. alors en attendant je prends aussi ma part de positif :p mais il est clair que je trouve immonde de ne pouvoir vivre de certains sports et même de devoir payer de sa poche pour faire des compét :s . et si mon fils pouvait faire autre chose que du foot je reconnais que ça me ferait plaisir, on verra bien 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s